Les 5 clés du bonheur

Le bonheur, on peut donc en convenir, n’est ni plus ni moins qu’un état d’âme. Ce n’est ni un endroit où on peut aller, ni un moment dans notre vie qu’on attend, ni une chose que l’on peut posséder, ni quelqu’un que l’on peut rencontrer. Le bonheur dépend de notre humeur.

Et comme nos états d’âme sont principalement notre responsabilité, on peut apprendre à les maîtriser et ainsi prévenir les « crevaisons émotionnelles » qui surviendront dans notre vie. Qui que nous soyons, nous rencontrerons à toutes les étapes de notre existence des obstacles.

Pour vous aider à gérer ces « crevaisons émotionnelles » et, du même coup, vous aider à vous rappeler toutes les bonnes choses qui font partie de votre vie, j’aimerais partager avec vous mon porte-bonheur.

Mon porte-bonheur est une petite carte. Une carte format « carte professionnelle » sur laquelle j’ai inscrit 5 éléments-clés qui m’aident à me recentrer et à me rappeler à quel point je suis heureux et comblé par la vie. Je lis cette petite carte tous les matins et chaque fois que j’en ressens le besoin.

Voici donc ces 5 points:

1 – Partir à neuf chaque matin

Ne reportez pas au lendemain ce qui vous tracassait hier. Surtout ce qui concerne les mésententes avec votre conjoint ou les enfants. Les mauvaises nouvelles non plus. Les rejets en particulier. Quelqu’un vous a fait une remarque désobligeante? Vous avez fait une bêtise? Laissez-la dans le passé. On recommence à neuf à chaque minuit. Vous ne vous en rappellerez plus de toute façon dans une semaine ou dans un mois. Rendez-vous service et accélérez le temps! Comme dans le film « Click » où Adam Sandlers faisait « avance rapide » pour les moments désagréables, sautez la grogne et retrouvez-vous tout de suite à la réconciliation. De toute façon, la
rancune est de l’énergie gaspillée.

2 – Projeter une attitude positive

« Qui s’assemble, se ressemble. » Les gens adorent les gens positifs et souriants. Qui aime passer beaucoup de
temps avec quelqu’un de négatif et qui se plaint sans arrêt? Personnellement, j’ai cessé de me plaindre le jour où je me suis placé dans les souliers des gens qui m’écoutaient. Ouach! Approchez plutôt les gens et tout ce que vous allez faire dans votre journée en vous disant que ça va très bien aller. S’il y a un pépin, vous vous débrouillerez, comme vous y êtes parvenu dans le passé! Si vous n’avez pas la solution, vous trouverez la personne qui l’aura. Une bonne attitude est primordiale pour réussir tout ce que l’on entreprend.

3 –Être reconnaissant pour la vie que nous avons

Dites « merci! » Prenez le temps de réfléchir à la vie fantastique que vous avez. Focalisez sur tous les points positifs de votre vie. D’être reconnaissant à propos de ce que vous avez est la seule et unique façon de vous attirer plus de positif dans votre vie. Les premières fois, vous devrez peut-être chercher un peu plus fort mais, au fil du temps, vous identifierez plus facilement toutes les bonnes choses qui font partie de votre vie. Comment devient-on bon à dire « merci »? Comme dans toutes choses: avec de la pratique. Faites-le souvent.

4 – Le principe Kennedy: « offrir plutôt que de demander »

JFK disait: « Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre
pays. » Approchez votre journée, les gens et les situations avec cette optique, en offrant plutôt qu’en demandant. Vous aimeriez que votre conjoint soit plus romantique? Soyez-le vous-même. Vous aimeriez que votre ado vous donne un coup de main pour nettoyer le garage? Offrez à votre ado, qui est absorbé par la réparation de sa guitare, de le reconduire au magasin de musique pour la faire évaluer. Intéressez-vous à ce qui fait plaisir aux autres. Vous verrez. Donner, c’est recevoir. Vous avez peur qu’on abuse de votre bonté? De deux choses l’une: 1) dites-vous qu’à moins de vivre entouré d’êtres chroniquement égocentriques, la bonté attire la bonté, même
les plus durs ne peuvent rester insensibles longtemps au bien-être que vous leur procurerez; et 2) vous serez doublement récompensé, plutôt que frustré et déçu, de faire le bien autour de vous.

5 –Toujours présumer de la bonté des autres

Votre collègue est en retard? Présumez qu’il a une bonne raison. Votre conjoint vous répond sèchement? Présumez qu’il est préoccupé ou fatigué. Intéressez-vous. Questionnez légitimement avec empathie. On vous accroche l’épaule au passage dans un endroit public? On prend du temps à repartir en auto à un feu vert devant vous? Une erreur s’est glissée sur votre addition au restaurant? Présumez, pour votre propre bien-être, que l’erreur n’était pas dans le seul but de vous faire passer une mauvaise journée.

LISEZ CETTE CARTE TOUS LES MATINS OU CHAQUE FOIS QUE
VOTRE MORAL EST À PLAT.

Ou encore, lisez-la simplement lorsque vous en ressentirez le besoin. Appliquez ces 5 principes de base tout au long de votre journée avec honnêteté, et vous avez ma parole que vous serez beaucoup plus heureux. Un homme d’affaires bien connu de l’Outaouais, invité comme panéliste sur « la gestion de stress », utilise une variante un peu similaire. Lui garde sur une petite carte ses « bons coups ». Plus précisément, il écrit des réussites récentes
accomplies sur le plan professionnel et personnel sur un petit carton et les garde dans sa poche. Lorsqu’il fait face à une difficulté, il sort de sa poche le petit carton avec ses bons coups. Ce simple geste le replonge instantanément dans le moment où il a posé une action dont il est très fier. En se remémorant nos bons coups, on ramène en perspective le principe que « les pépins ne sont que passagers » et que les « crevaisons émotionnelles » ne nous ont pas arrêtés dans le passé. Nous passerons à travers la difficulté plus facilement.

Extrait de la série de livres: Tout pour réussir de Yannick Therrien

Commentaires