C’est la faute à Disney

post

Tous les films et presque toutes les émissions de télé de mon enfance présentaient l’image qu’un couple, c’est ça. Une fille qui est belle et qui attend son prince. Et le prince, une fois qu’il l’a trouvée, la charme, la cajole et l’épouse dans une cérémonie des plus grandioses. Tout le monde est heureux, les parents, les amis et le village au grand complet se réjouissent. Comme si c’était écrit que ces deux êtres devaient se trouver et se marier. Puis, comme nous sommes habitués de l’entendre, ils vivent heureux et ont beaucoup d’enfants.

Ce n’est que récemment que l’on voie des films ou des émissions de télé plus près de la réalité. Des images de couples qui se disputent pour tout et rien. Des couples qui se déchirent et qui laissent des victimes en quelque sorte, leurs enfants. Rappelez-vous Kramer versus Kramer avec Meryl Streep et Dustin Hoffman. Probablement l’un des premiers films qui parlait ouvertement de l’impact de la séparation d’un couple sur les enfants. Je me rappelle plutôt vaguement les détails de ce film, mais je ressens très clairement l’émotion qui s’en dégageait.

Ma mère et moi avions regardé ce film ensemble. J’étais tout jeune. Mais je me rappelle de l’inconfort palpable qui s’était installé dans notre salon. Comme nous étions tristes et nous sentions impuissants, pour les comédiens, pour l’enfant mais aussi du fait que nous ne savions trop quoi faire pour enrayer cette maladie qui, tranquillement, allait devenir main stream et qu’on appelle le divorce.

Extrait du livre : Tout pour réussir à trouver l’âme soeur de Yannick Therrien

Commentaires