Faites ce que vous aimez ou changez!

post

J’avais 7 ou 8 ans et j’accompagnais ma mère partout lors de ses courses. Ma mère est authentique et franche. De la vieille école, elle est diplomate aussi, mais elle n’a pas la langue dans sa poche. À quelques reprises, j’ai voulu disparaître d’à ses côtés, tellement j’étais gêné. Bien qu’aujourd’hui, je fasse comme elle.

Une fois, entre autres, après avoir été sèchement servie par une caissière au supermarché, ma mère lui a dit avant de quitter: « Vous savez, madame, si vous n’aimez pas votre travail, vous devriez changer. » Elle l’a dit non pas méchamment ou sur un ton condescendant, mais avec fermeté et conviction.

Je ne peux qu’imaginer l’effet sur la dame. Un peu comme un verre d’eau bien froide lancé au visage d’une employée qui « dort » à son poste. C’est fou tout ce qu’on se permet quand on aime plus ou moins son travail. On se dit: « Ce n’est pas grave, ce n’est que temporaire… » ou « Quand je ferai un emploi que j’aime, là je serai à mon meilleur! »

L’équation est relativement simple, pourtant. Si vous aimez ce que vous faites comme boulot, une symbiose s’installe. Vous transpirez le bien-être et la passion. Conséquemment, vous êtes libre et à l’aise d’être vous-même, sans efforts. Ça devient un « cercle vertueux ».

Tandis que si vous prenez le premier emploi qui vous est offert, vous vous placez dans une situation perdante dès le départ. Comme dans une relation amoureuse, on doit prendre son temps pour trouver « notre match parfait ». Et faire le moins de compromis possible, d’un côté comme de l’autre. Je tiens tout aussi responsables les patrons qui engagent trop rapidement un peu n’importe qui, par paresse professionnelle. Ils pensent sauver du temps en engageant vite, alors qu’il leur en coûtera beaucoup plus à long terme en roulement de main d’oeuvre.

« C’est bien beau en théorie, me direz-vous, mais en réalité, je dois travailler pour gagner ma vie. Maintenant! » Et je vous réponds: « Absolument! Travaillez maintenant… à vous
trouver l’emploi de vos rêves. »

Commentaires