La « famiglia »

post

J’ai de la difficulté avec les familles qui sont sous un régime de « terreur », aussi subtil soit-il, basé sur le principe: « Papa a raison. » Ou maman, dépendant des familles. C’est bien d’être respectueux et d’honorer ses parents. Mais le respect, ce n’est pas un droit acquis.

Le respect se gagne. Quand un parent a rempli son rôle dignement, les chances qu’il récolte ce qu’il a semé sont excellentes. J’ai de la difficulté à croire à l’effet « surprise » d’un ado qui, soudainement,
n’est plus respectueux avec ses parents. Même les gangs les plus influentes des pires quartiers ne travaillent pas si efficacement. Les enfants comme la vie nous envoient des signes. À nous de les percevoir. Trop de gens s’entêtent encore, j’imagine. Comme si d’ignorer va effacer le problème.

Disons-le, certains parents n’ont d’autre mérite que d’avoir agi en tant que géniteur. Tandis que d’autres « beaux » à l’intérieur d’une famille reconstituée, «beaupère» ou « belle-mère », sont inspirants et méritent (et obtiennent) tout le respect et l’amour des enfants.

Les enfants, eux, sont trop souvent déchirés. Pire encore, certains « géniteurs égoïstes et insécures » tentent de manipuler l’affection de leur progéniture avec de la culpabilité. Ce qui fait que les enfants ont l’impression de « trahir » leur père ou leur mère s’ils avouent ouvertement avoir une affection ou une admiration pour le « beau-parent ».

Ce qu’on demande finalement, c’est que l’enfant accepte d’être mis au monde par deux êtres, accepte leur séparation et, finalement, aime tout le monde qu’on lui présente et qui entre dans sa vie, peu importe la durée. Et on lui demande «socialement» d’aimer particulièrement.

Commentaires